Marie-Christine Doran

Chercheure principale
Professeure titulaire, Université d'Ottawa

Thématiques

Marie-Christine Doran

Chercheure principale
Professeure titulaire, Université d'Ottawa

Récipiendaire de la Médaille d’or académique de la Gouverneure Générale du Canada 2005-2006 pour ses études de doctorat et nominée pour le Prix du Meilleur enseignant de la Capitale en 2013-2014, Marie-Christine Doran est professeure agrégée de politique comparée à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa où elle enseigne des cours et séminaires sur l’Amérique latine, la démocratie et la démocratisation, la violence politique, les droits humains, les situations post-conflits et la réconciliation, le rôle politique de la Mémoire, la criminalisation de l’action collective, les questions de religion et politique et les approches théoriques en politique comparée. Son parcours nourri de séjours réguliers sur le terrain dans le cadre de recherches subventionnées, dont la recherche « Violence et démocratie: la criminalisation de la lutte pour les droits en Amérique latine (2018-2023) » dont elle est chercheure titulaire s’enrichit de nombreuses collaborations avec des réseaux internationaux en Amérique latine, en Europe et aux États-Unis, dont l’International Panel on Exiting Violence et l’ANR SoV Violences et sorties de violences, de même que dans une équipe CAPES au Brésil. Elle a notamment été Fellow au Center for the Study of World Religion de l’Université Harvard, directrice de recherche invitée à l’EHESS et professeure invitée à Northwestern University et à l’Université Lyon 2 Lumières. Parmi ses publications récentes on compte de nombreux articles ainsi que les livres “Le réveil démocratique du Chili. Une histoire politique de l’exigence de justice ”(Préface d’Alain Touraine, Karthala, Paris, 2016), l’ouvrage collectif « Human Rights as Battlefields : Changing Practices and Contestations » (Palgrave Macmillan, London & New York, 2018) et le livre « Criminalizing Democracy : the Hidden Face of Violence in Latin America », à paraître chez Routledge (London, en 2020) qui portent sur les théories démocratiques et la démocratisation “par le bas”, notamment dans les mouvements autochtones et afro-descendants de plusieurs pays, les luttes pour la justice, la Mémoire et les droits humains; la criminalisation de l’action collective; ainsi que la violence, et finalement les dynamiques religion et politique. Tous ces thèmes sont analysés par des méthodologies d’analyse du discours, d’entrevues et d’ethnographie, à partir d’approches sur les imaginaires politiques qui sont au cœur de la démarche multidisciplinaire du Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine (www.gripal.ca), dont elle a été membre fondateur. Elle est régulièrement invitée dans les médias canadiens et internationaux pour parler de l’Amérique latine et de la violence. Elle dirige de nombreuses thèses sur des sujets connexes.

Ce contenu a été mis à jour le 23 juin 2020.