Acerca

Este contenido no está disponible en el idioma seleccionado.

Comment comprendre que l’on assassine à chaque jour des défenseurEs des droits et de la démocratie en Amérique latine? Pourquoi ce continent est-il le plus létal, en particulier pour les femmes défenseures des droits, dans le monde entier?

Notre équipe subventionnée par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada réalise l’étude comparée et multidisciplinaire de 6 pays aux systèmes et traditions politiques bien différents mais tous touchés par la criminalisation de la défense des droits : Chili, Colombie, Mexique, Guatemala, Brésil et Équateur. Pour mesurer l’ampleur et les formes diverses de la criminalisation dans  ces pays, nos recherches se basent sur l’hypothèse commune selon laquelle la criminalisation de la défense  des droits est un problème lié à la démocratie elle-même. Face à la grande vitalité des luttes démocratiques en Amérique latine, nous avançons que la criminalisation signale une lutte pour le sens de la démocratie dans l’espace public latino-américain, soit une lutte entre des forces sociales qui promeuvent l’élargissement de la démocratie et des droits individuels, civils, politiques, mais aussi sociaux, économiques et culturels et des forces politiques qui, qu’elles se positionnent à droite ou à gauche du spectre politique, se basent sur la défense d’un monopole de la décision publique qui serait dévolu seulement aux élus et réagissent par une restriction de ces droits et de la démocratie elle-même, allant jusqu’à causer la mort des défenseurEs des droits.

Este contenido se ha actualizado 23 junio 2020.